© BIT Orbec
Le Musée du Vieux Manoir à Orbec Le Musée du Vieux Manoir à Orbec

Le Musée du Vieux Manoir à Orbec

Le Musée du Vieux Manoir d’Orbec met en valeur les collections d’arts et traditions populaires. Coiffes, vêtements, meubles, céramiques et objets du quotidien dévoileront l’art de vivre dans le Pays d’Auge et sont mis en perspective avec des estampes et des peintures évoquant les us et coutumes du territoire. Le parcours est divisé en 6 salles où l’on peut découvrir l’histoire du musée, les personnalités qui ont marqué la ville orbecquoise, les traditions locales comme les charités, la céramique du Pré d’Auge.

Un musée dans la ville

Des collections d’arts et traditions populaires

Le Musée du Vieux Manoir d’Orbec met en valeur les collections d’arts et traditions populaires. Coiffes, vêtements, meubles, céramiques et objets du quotidien dévoileront l’art de vivre dans le Pays d’Auge et sont mis en perspective avec des estampes et des peintures évoquant les us et coutumes du territoire. Le parcours est divisé en 6 salles où l’on peut découvrir l’histoire du musée, les personnalités qui ont marqué la ville orbecquoise, les traditions locales comme les charités, la céramique du Pré d’Auge.

Portrait(s) d’Orbec

Tour à tour place forte au Moyen Âge, bailliage sous l’Ancien Régime puis bassin industriel au XIXe siècle, Orbec conjugue son passé avec celui du Pays d’Auge. Ces grands chapitres de l’histoire d’Orbec sont perceptibles dans l’architecture préservée des bâtiments de la ville. Le pan de bois voisine avec la brique et la pierre. Les constructions domestiques et industrielles dessinent un maillage étroit ponctué d’édifices religieux, civils ou officiels. Les lieux ont inspiré de nombreux artistes comme le compositeur Claude Debussy ou les peintres Henri Dannet et Adrien Voisard-Margerie qui ont interprété le charme des rues et des ruelles animées par le jeu des cours d’eau. Le musée du Vieux Manoir conserve également la trace de créateurs natifs d’Orbec et de ses alentours tels l’artiste aux multiples facettes Pierre-Victorien Lottin de Laval, le peintre et sculpteur Raymond Bigot ou encore la poétesse Marie-Laure Grouard.

Collection archéologique

Les collections archéologiques proviennent principalement de fouilles ou de découvertes locales. Du Paléolithique au Moyen Âge, elles révèlent le passé enfoui de la cité et ses liens avec le territoire. Les habitants du Pays d’Auge à l’époque gauloise sont des celtes de la tribu des lexovii. Suite à l’invasion romaine, le territoire des lexovii devient une cité dont Noviomagus (Lisieux) est le centre administratif. Orbec est alors situé sur le trajet de la voie romaine entre deux cités importantes : Lisieux et Évreux. Au Moyen Âge, les seigneurs d’Orbec érigent une forteresse démantelée lors de la Guerre de Cent ans (1337-1453).

Eglises et couvents d’Orbec

Les collections du musée rassemblent de nombreux objets provenant d’édifices religieux d’Orbec et rappelant la présence sur le territoire des confréries de charité. Du retable de la chapelle Saint Remy au tabar de charité, en passant par le portrait de Monseigneur de Condorcet, évêque de Lisieux, elles sont le reflet d’une histoire mouvementée et de pratiques locales caractéristiques. L’église Notre Dame et l’hôtel-Dieu Saint Remy sont les deux plus anciennes institutions religieuses d’Orbec. Au XVIIe siècle, deux couvents sont fondés renforçant l’empreinte catholique sur le territoire et redéfinissant les fonctions de certains bâtiments.

La céramique du Pré d’Auge

Le pays d’Auge peut s’enorgueillir d’être le berceau d’une production artisanale dont la renommée dépasse ses frontières : la céramique du Pré d’Auge. Produite entre le XIIIe et le XIXe siècle, la céramique du Pré d’Auge connaît ses heures de gloire aux XVIe et XVIIe siècles. Facilement identifiable grâce à sa glaçure verte, qui est sa marque de fabrique, elle est façonnée par des potiers installée sur le territoire, à l’ouest de Lisieux.

Costumes normands

Jusqu’à la Révolution française le vêtement est une denrée coûteuse dont le rôle essentiel est la protection du corps. Le chanvre, la laine, le poil de chèvre sont les matières premières de base pour la confection d’habits du quotidien. Au début du XIXe siècle, l’industrialisation du textile dans le Pays d’Auge a un impact direct sur la garde-robe des hommes et des femmes, et notamment sur le costume traditionnel comme par exemple la blaude et la coiffe.

Le saviez-vous ?

Le musée est créé dans la seconde moitié du XIXe siècle. D’abord exposées à la mairie, les œuvres sont transférées en 1980 au Vieux Manoir après la restauration de celui-ci. Cette maison, ornée d’un décor Renaissance fut construite en 1568 pour un tanneur fortuné. La maçonnerie polychrome rehausse la charpente en encorbellement dont le décor sculpté a été partiellement détruit. Une enseigne représentant un tanneur devant sa cuve était alors placée à l’angle de la rue Grande.

Aux alentours