Église Saint-Germain - Moyaux

à Moyaux

  • Située au cœur du village, cette grande église est construite selon un plan allongé, se terminant par un chevet plat (extrémité de l’église au fond du chœur). Une tour-clocher flanque l'édifice sur sa face Sud, et deux bâtiments annexes ont été ajoutés au XVIe siècle sur la face Nord. La fondation de l’édifice remonte à l’époque Romane mais ce dernier a été successivement remanié jusqu'au XVe siècle. Des vestiges les plus anciens subsistent la tour et le portail latéral. La tour du XIIe avec sa flèche à huit pans a la particularité de se développer en spirale et d’offrir une vision penchée quel que soit le point de vue. Le clocher est à trois niveaux d'élévation, il est notamment orné au second niveau d'arcatures romanes géminées, et décoré d'une horloge au troisième niveau.
    Le portail occidental très ouvragé est précédé d’un porche en charpente, lequel était le lieu de transition entre les mondes civil et religieux. Sous le porche, le curé pouvait informer les fidèles de la vie de la paroisse mais les notaires pouvaient tout autant intervenir pour régler des questions de droit. C’était aussi un lieu de vie où les habitants se réunissaient pour bavarder, à tel point qu’on évoque parfois les porches comme « caquetoires ».
    A l’intérieur, l’ensemble de la voûte est en « coque de navire renversée », recouverte de lattes de bois peintes. Seule celle de la petite chapelle est en pierre, à nervures et pendentifs, d'époque Renaissance. Au XVIIIe siècle, répondant aux consignes du Concile de Trente, l’église est enrichie d’une poutre de Gloire en fer forgé, ainsi que de maîtres-autels et de retables (partie postérieure et décorée d’un autel surmontant verticalement la table) pour le chœur et la chapelle de la Vierge.
    Une huile sur toile au format très allongé représente une copie du Christ au tombeau de Philippe de Champaigne. Elle a été donnée par Napoléon III.
  • Tarifs
  • Gratuit