Église Saint Martin - Biéville-Quétiéville (Quétiéville)

à Belle-Vie-en-Auge
Horaires et services non garantis
  • La commune actuelle est née de la fusion de plusieurs communes. En 1831, Mirbel est rattachée à Quétiéville. Neuf ans plus tard Biéville-en-Auge absorbe Querville. Plus d'un siècle plus tard, en 1973, Biéville-en-Auge et Quétiéville fusionnent pour ne plus former qu'une seule commune : Biéville-Quétiéville. Depuis Saint-Loup de Fribois s’est associée à la commune pour former Belle-Vie-en-Auge. La commune nouvelle de 524 habitants compte donc quatre églises !

    Construite en pierre de Caen,...
    La commune actuelle est née de la fusion de plusieurs communes. En 1831, Mirbel est rattachée à Quétiéville. Neuf ans plus tard Biéville-en-Auge absorbe Querville. Plus d'un siècle plus tard, en 1973, Biéville-en-Auge et Quétiéville fusionnent pour ne plus former qu'une seule commune : Biéville-Quétiéville. Depuis Saint-Loup de Fribois s’est associée à la commune pour former Belle-Vie-en-Auge. La commune nouvelle de 524 habitants compte donc quatre églises !

    Construite en pierre de Caen, l’église a souffert de la Bataille de Normandie. Elle a pu préserver sa corniche à modillons du XIIe siècle représentant des têtes grimaçantes. Cet élément de décoration se rencontre très souvent dans les monuments des campagnes du Calvados datant de la fin du XIIe siècle ou commencement du XIIIe. Sur le mur restauré après 1944, on a reproduit l’appareil en arête de poisson.
    L’église orientée est construite sur un plan allongé se terminant par un chevet plat (extrémité de l’église au fond du chœur) légèrement plus bas que la nef. Un petit édifice de plan rectangulaire abritant la sacristie flanque le chevet au Nord. L’édifice est ponctué par un clocher à flèche hexagonale situé à l'extrémité du toit de la nef, comme dans beaucoup d'autres églises du diocèse de Lisieux.
    Le mur gouttereau Nord n’est percé que d’une seule baie sur sa travée la plus orientale. Le reste du mur est plein et ponctué de puissants contreforts. Le mur gouttereau Sud aussi flanqué de contreforts est, quant à lui, éclairé de trois ouvertures disposées irrégulièrement sur la façade. Le chevet est percé de manière non-symétrique sur ses deux faces, de baies de différentes tailles dont certaines s’apparentent à des meurtrières.
    À l’intérieur, la statuaire est particulièrement remarquable. La statue de Sainte Anne du XVe siècle, classée au titre d’objet aux Monuments Historiques, a la particularité d’être monobloc : elle a été sculptée d’une seule pièce dans la pierre. La mère tient sa fille, la Vierge Marie, sur son genou gauche qui tient elle-même l’Enfant Jésus.
    La statue en terre cuite de Saint Sébastien, classée au titre d’objet, est du XVIIIe siècle.
    Une tombe de guerre du Commonwealth se dresse dans le cimetière de l’église.
  • Tarifs
  • Gratuit