Église Saint Martin - Notre-Dame-d'Estrées-Corbon (Corbon)

à Notre-Dame-d'Estrées

  • L'église orientée est bâtie sur un plan allongé se terminant par un chevet absidial (extrémité du chœur terminé par une chapelle) dans lequel la sacristie est établie. Le pignon Ouest de l’église est surmonté de sculptures mutilées de monstres.

    L'édifice est couvert d'une toiture en bâtière (toit simple à deux pentes peu inclinées). Sur cette dernière, est posé le clocher, au niveau de la première travée. Il est assis sur un tabouret de plan carré, et coiffé d'une flèche.

    A l’intérieur, le mobilier liturgique se compose d’une chaire et d’un confessionnal de style Louis XV, d’une Piétà (représentation de la Vierge tenant sur ses genoux le corps du christ mort) et d’un retable (partie postérieure et décorée d’un autel surmontant verticalement la table) du XVIIe siècle. Ce dernier est orné au centre d’un tableau de la Transfiguration encadré d’une représentation de Saint-Martin et de Saint-Jérôme. Une charité de Saint-Martin surmonte l’ensemble. Cette scène est particulièrement célèbre. Affecté en Gaule, à Amiens, un soir de l’hiver 334, Martin partage son manteau avec un déshérité transi de froid, car il n’a déjà plus de solde après avoir généreusement distribué son argent. Il tranche son manteau ou tout du moins la doublure de sa pelisse : le manteau appartient à l'armée, mais chaque soldat peut le doubler à l'intérieur par un tissu ou une fourrure à ses frais. La nuit suivante, le Christ lui apparaît en songe vêtu de ce même pan de manteau. Il a alors 18 ans...

    La couleur chocolat du retable date du XIXe siècle.

    Si dans le Pays d’Auge, les menuisiers ont longtemps perpétué une tradition baroque, le retable de l’église de Corbon – tout comme celui de Notre Dame d’Estrées – témoigne d’une tendance vers plus de sobriété.
  • Tarifs
  • Gratuit