Premiere pierre reconstruction Lisieux

Première pierre de la Reconstruction de Lisieux

à Lisieux
Gratuit
Horaires et services non garantis
  • À la Libération en 1944, Lisieux paie un lourd tribut. Près de 2000 victimes civiles sont dénombrées. 80 % de la ville est détruite par les bombardements ou leurs incendies. 300 maisons sont épargnées. Libérée le 23 août par les soldats Anglais et Écossais, la « Capitale du bois sculpté » est une ville à reconstruire. En 1946, alors que le déblaiement des décombres se poursuit, Robert Camelot, second Prix de Rome en 1933, urbaniste choisi par le Ministère de la Reconstruction et de...
    À la Libération en 1944, Lisieux paie un lourd tribut. Près de 2000 victimes civiles sont dénombrées. 80 % de la ville est détruite par les bombardements ou leurs incendies. 300 maisons sont épargnées. Libérée le 23 août par les soldats Anglais et Écossais, la « Capitale du bois sculpté » est une ville à reconstruire. En 1946, alors que le déblaiement des décombres se poursuit, Robert Camelot, second Prix de Rome en 1933, urbaniste choisi par le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme pour Lisieux, propose un plan simple de Reconstruction basé sur le tracé gallo-romain des rues. Dès 1949, pour répondre à l’urgence et à une logique d’économie, le MRU impose une modernisation de l’architecture : ouvertures standardisées, toits mono-pente, espaces utiles aérés sous toit… Dans la ville, les commerces sont mis en avant en un bandeau continu au rez-dechaussée des immeubles, laissant alors des espaces pour le développement de la voiture.
  • Environnement
    • En centre ville  :  Lisieux
  • Langues parlées
    • Français
  • Tarifs
  • Gratuit

    • Toute Saison

Ouvertures
Horaires et services non garantis
Périodes d'ouverture
  • Toute l'année 2024
    * Visible de l'extérieur.
Fermer